Toitures végétalisées : parure verte ou écosystème urbain ?

Abonnement aux infos du site


Recevez gratuitement nos dernières
actualités par email.

La végétalisation des toitures connaît un succès grandissant. En France, la majorité d’entre elles sont réalisées selon un modèle : substrat minéral type « pouzzolane » de faible épaisseur et végétaux type « sedum » ou « gazon en plaque » , principalement en raison de leur faible coût, de leur légèreté et de leur faible entretien.

Or, contrairement à ce qui est régulièrement annoncé par la profession (majoritairement des entreprises d’étanchéité), l’intérêt écologique de ce type de toitures n’est pas avéré, au même titre que leurs atouts en termes de protection mécanique, d’isolation thermique, de rétention des eaux pluviales, de régulation de la qualité de l’air, de capture du CO2 et enfin d’amélioration du cadre de vie.

Cet effet de mode doit laisser la place à une végétalisation « écosystémique », réalisée selon une méthodologie rigoureuse inscrite dans un ensemble d’actions cohérentes et globales (gestion écologique des espaces verts, restauration de la qualité des sols urbains, réflexion sur les continuités écologiques). Selon le contexte et la portance du toit, les écologues recommandent d’appliquer un substrat de hauteur suffisante et de qualité proche d’un sol naturel pourvoyeur de services écosystémiques, de varier les formes, les strates et les milieux, mais aussi de favoriser la végétation spontanée, ou a minima d’utiliser des écotypes locaux retrouvés à proximité (ou issus du bassin climatique identifié) . Les efforts doivent également se porter sur le choix des matériaux (revêtement d’étanchéité) pour réduire l’empreinte écologique. Les toitures sont enfin l’occasion de varier les usages, depuis l’agriculture urbaine sur toits aux dernières innovations comme le traitement des eaux usées. L’application de ces principes peut permettre à ces aménagements de participer davantage à l’amélioration du cadre de vie et à la santé des urbains.

 

Argumentaire préparé à l’occasion de la journée « Toitures végétalisées : parure verte ou écosystème urbain ? » organisée dans le cadre des rendez-vous de l’école Du Breuil et de l’Observatoire Parisien de la Biodiversité, en partenariat avec le CNFPT et Natureparif, le 23 novembre dernier. Pour plus d’informations, téléchargez la fiche pratique « Réaliser des toitures végétalisées favorables à la biodiversité » sur www.natureparif.fr/attachments/Documentation/livres/Toitures-vegetalisees.pdf réalisée par Natureparif, l’Observatoire de la biodiversité urbaine de Seine-Saint-Denis, Plante & Cité et le Muséum national d’histoire naturelle.


4 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. Bonjour,

    Les gens manquent d’informations au sujet des toîts végétalisable et ne connaissent pas l’intérêt réel , en tous cas
    Moi j’informe tous les contacts que je peux avoir .

  2. Bonjour
    Il ne faut pas tout jeter tout de même!!!
    Atouts en termes de protection mécanique. Oui sur la base des retours d’information des allemands. Changement moins fréquent de la membrane d’ étanchéité.
    D’isolation thermique Oui notamment avec la fonction du feuillage
    Rétention des eaux pluviales. Oui. Au minimum le substrat .
    Régulation de la qualité de l’air. Oui mais alors il en faut des Kilomètres carrés. Le feuillage capte la poussière.Quand à l’hygrométrie…..à voir
    Capture du CO2. Faux le sedum ne lignifie pas ( pas de bois et de stockage de CO2)

  3. Pour freddy.rey (at) irstea.fr
    http://www.irstea.fr

    Le colloque « Génie végétal, génie écologique : le savoir-faire des experts du paysage et du végétal » est organisé par l’interprofession Val’hor, à l’initiative de l’UNEP et en partenariat avec l’AGéBio, le 13 décembre 2012 à l’Espace Pierre Cardin à Paris, de 9h30 à 18h30.

    Le programme du colloque est consultable sur le site : http://genie-vegetal-ecologique.fr

    Thème 1 : Génie végétal et génie écologique : un point sur la sémantique des métiers et des interventions
    Thème 2 : Les techniques de génie végétal et les règles professionnelles en la matière
    Thème 3 : Le génie végétal, ses applications, sa valeur ajoutée : étude de cas et retours d’expériences.

    Le colloque sera suivi sur place par la remise des Victoires du Paysage 2012, à laquelle vous êtes également convié si vous participez au colloque.

  4. Soutenance de thèse intitulée « Aménagement des éco-quartiers et de la biodiversité » par Alexandre HENRY.

    La soutenance aura lieu le mardi 18 décembre 2012 à 14h, à AgroParisTech (16 rue Claude Bernard, Paris 5ème) dans l’amphithéâtre Coléou.

    Le jury sera composé de :

    M. Luc ABBADIE, Professeur, Université Pierre et Marie Curie (Rapporteur)
    M. Pierre PECH, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Rapporteur)
    Mme Nathalie MACHON, Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle (Examinateur)
    M. Maxime TROCME, Docteur, Responsable Environnement et Scientifique, VINCI (Examinateur)
    M. Olivier LEPINOY, Ingénieur, Architecte-Urbaniste, VINCI Immobilier (Examinateur)
    Mme Nathalie FRASCARIA-LACOSTE, Professeur, AgroParisTech (Directeur de thèse)

Laisser un commentaire