Masdar, la première cité totalement écologique au monde ?

Abonnement aux infos du site


Recevez gratuitement nos dernières
actualités par email.

De nombreux articles ont récemment fait l’éloge de « Masdar City », nouvelle initiative du riche émirat d’Abou Dhabi (voir les sources ci-dessous). Cet état vient en effet de commencer la construction de la première cité « totalement écologique » au monde, conçue pour fonctionner avec un niveau zéro d’émission de gaz carbonique. A l’instar des autres pays pétroliers, les Emirats cherchent à diversifier leur économie pour réduire leur dépendance vis-à-vis du pétrole. Masdar City devrait s’étendre sur 6,5 Km2, coûter 22 milliards de dollars et être achevé en 2015. La ville fonctionnerait exclusivement au moyen d’énergies renouvelables: contrairement aux somptueuses tours de la ville d’Abou Dhabi, une maquette de Masdar City, conçue par le groupe Foster and Partners, montre des constructions basses et équipées en panneaux solaires sur les toits. Ses 50.000 habitants circuleront en utilisant des tramways et une série d’autres moyens de transport automatiques. Les concepteurs de la cité ont apparemment également pensé au système d’irrigation des plantes, qui devrait utiliser des eaux usées. Enfin, la nouvelle cité devrait s’approvisionner essentiellement en eau de mer dessalée. Le gouvernement d’Abou Dhabi aurait-il réellement pris conscience des grands enjeux environnementaux auxquels nous devons aujourd’hui faire face ?

Face à des objectifs louables et certes impressionnants, il convient toutefois de poser des questions sur la nature des déclarations réalisées par les promoteurs du projet : le « green marketing » serait-il en partie du « greenwashing » ? A titre d’exemple, les bilans d’émissions de gaz à effet de serre ont-ils été réalisés de manière à prendre en compte l’ensemble du cycle de vie des matériaux de construction et des choix de développement (ex. ACV des panneaux photovoltaïques, émissions liées aux transports des matériaux)? En outre, quels modes de vie vont être préconisés, notamment en termes de consommation de biens et de services (et accessoirement des impacts écologiques directs et indirects associés pour les espaces ruraux et écosystèmes qui les leur fournissent)? Quelle intégration de la biodiversité dans la vie quotidienne des habitants ? S’il est prévu de mettre en place des mesures de compensation écologique (ex. les espèces emblématiques seraient déplacées vers des zones préservées en dehors de la nouvelle cité), peut-on vraiment parler d’intégration de la biodiversité dans Masdar City ? Sans pouvoir apporter des réponses précises à ces questions avec les informations à notre disposition, il nous semble néanmoins vraisemblable que, pour Masdar City, « l’écologie » ne renvoie en grande partie qu’aux mythes de la tonne équivalent CO2 et de l’éco-efficience pour la gestion des ressources.

 


Sources :

Laisser un commentaire