Le sens profond de l’économie verte (GRAIN)

Abonnement aux infos du site


Recevez gratuitement nos dernières
actualités par email.

Le sens profond de l’économie verte: Approfondissement de la crise climatique et environnementale; un chemin menant vers de meilleures affaires

Cet article tente de découvrir ce qui se cache derrière les propositions de l’« économie verte ». Il constitue le chapitre d’introduction du Compendium de l’économie verte qui a été rédigé sur la base d’une position commune pour RIO+20 et a fait l’objet d’une publication collective en espagnol par GRAIN, Alianza Biodiversidad, World Rainforest Movement (WRM) et les Amis de la Terre Amérique latine et Caraïbes (ATALC).

Y a-t-il eu une réunion entrepreneuriale ayant décidé, il y a 50 ans, sur la mise au point de l’ingénierie génétique? Rien de semblable. Elle est née de scientifiques qui, possiblement, en savaient très peu sur l’économie et la politique. Néanmoins, une fois que son potentiel économique et de contrôle s’est déployé, les grandes corporations se sont accaparées d’elle jusqu’à la contrôler et la subordonner à des niveaux jamais vus.

Avec le changement climatique, il est arrivé quelque chose de similaire. Personne ne l’a planifié, personne ne l’a prévu, personne ne l’a voulu. Maintenant que c’est ici, nous ne passerons pas à côté des opportunités de faire de bonnes affaires.

Loup au milieu des moutonsSans langue de bois, les auteurs proposent à travers ce document, une lecture honnête de ce nouveau masque économique appelé « économie verte« . Présenté comme un consensus entre gouvernements et secteur privé pour « faire de bonnes affaires » sur fond de combat contre la crise environnementale actuelle, elle cache notre entrée fracassante dans « l’ère de la destruction programmée » faisant suite à « l’obsolescence programmée ». Cette nouvelle ère ne serait qu’une adaptation d’un système déjà existant et qui fonctionne bien : la rareté à un prix… c’est la logique de la pénurie. L’accaparement des terres est un exemple décrié dans cette prise de position.

Télécharger ce document en PDF (307 Ko) ou visualiser directement sur le site de l’organisation GRAIN.

Laisser un commentaire