La dépollution des villes par des associations de plantes et micro-organismes

Abonnement aux infos du site


Recevez gratuitement nos dernières
actualités par email.

La pollution de l’air, des sols et de l’eau est une réalité quotidienne à travers le monde. Les zones urbaines en sont un parfait exemple de part le nombre de sources d’émissions de polluants qu’elle concentre : trafic urbain, chauffage, activités industrielles… Les zones agricoles également : « L’IWMI (Institut international de gestion des ressources en eau) considère (…) que près de 20 millions d’hectares des exploitations agricoles du monde sont irrigués avec des eaux usées, même si cette pratique est en théorie interdite dans de nombreux pays. » (1).

La santé humaine  et le fonctionnement des écosystèmes se voient altérés au fur et à mesure que les pollutions s’accroissent. Plusieurs techniques de dépollutions existent, et l’une d’entre elle commence à émerger et faire ses preuves : la dépollution par des associations de plantes et de micro-organismes.

1. Définition de la pollution

Introduction, directe ou indirecte, par l’activité humaine, de substances, préparations, de chaleur ou de bruit dans l’environnement, susceptibles de contribuer ou de causer :

  • un danger pour la santé de l’homme,
  • des détériorations aux ressources biologiques, aux écosystèmes ou aux biens matériels,
  • une entrave à un usage légitime de l’environnement.

Source : Norme ISO 11074-4 « Qualité du sol – Vocabulaire – Partie 4 : termes et définitions relatifs à la réhabilitation des sols et sites », décembre 1999)

Dans cet article nous nous intéressons principalement à la pollution des sols.  Celle-ci peut être de diverses natures.  En ville on retrouve principalement :

  • des pollutions ponctuelles/accidentelles. Elles impactent généralement une zone limitée ; puis migrent vers les sous-sols si aucune action de prévention n’est entreprise.
  • des pollutions diffusent issues généralement d’épandages de pesticides  ou de retombées atmosphériques qui peuvent avoir un impact sur l’ensemble d’un bassin versant.


2. Phytoremédiation : la dépollution par des associations de plantes et micro-organismes

Si la pollution des villes altère la croissance de certaines espèces végétales (ex. : dépôts de poussières sur les feuilles qui limitent la photosynthèse), ce seraient les végétaux eux-mêmes, en association avec des micro-organismes qui pourraient constituer une nouvelle forme de lutte contre les pollutions de l’air et des sols.

Déjà connu à l’époque de la Grèce antique, la phytoremédiation est un procédé ancien de dépollution par les plantes.

Cette technique étudiée par l’INRA et le CNRS consiste à bénéficier de l’activité des plantes ainsi que des écosystèmes microbiens qui y sont associés, et de leur capacité à réduire, immobiliser ou dégrader les composants polluants du milieu qu’ils impactent.

Plusieurs formes de phytoremédiation existent pour la dépollution des sols, de l’air ou de l’eau (pour plus d’information voir ce lien Wikipédia).


3. Des initiatives de dépollution par les plantes en France

Plusieurs initiatives ont déjà vu le jour en France. Voici quelques exemples :

  • Boiser les zones de captage d’eau potable

Le site pilote de captage d’eau de Fraise, pour la ville de La Rochelle en Poitou-Charente, bénéficie depuis 2008  de la mise en place de plusieurs bosquets à base de saules roux, marsaults, frênes et peupliers noirs (800 arbres sur 2 hectares).

« Le rôle du boisement sur les pollutions dues aux nitrates a été très étudié. Ces derniers peuvent être véhiculés par les flux d’eaux, quels qu’ils soient : écoulements hypodermiques, ruissellements, transferts vers les nappes et cours d’eau. Le boisement joue, le plus souvent, un rôle tampon vis à vis de ces transferts de pollutions. Il est souvent placé entre la source de pollution et le cours d’eau, ou la source à protéger (la nappe). » (« Boiser les zones de captage d’eau potable : un défi écologique porteur d’avenir », Avis d’expert Actu-environnement.com)

  • Une station d’épuration à base de plantes

La station d’épuration de Honfleur inaugurée en 2004 s’étend sur 4 hectares et  bénéficie de la combinaison de deux techniques : les boues activées et la phytoremédiation, afin de traiter à la fois l’eau, les boues et les odeurs.

  • Une ferme de dépollution par les plantes

A Broce-Monceaux en seine et Marne, l’entreprise Phytorestore a inauguré une ferme de dépollution par les plantes en 2009 . D’une surface de 104 hectares, celle-ci traite des déchets industriels et urbains, via plusieurs espèces des plantes dépolluantes cultivées ; qui sont également proposées aux collectivités et entreprises sous forme de jardins filtrants.

  • Un bassin de dépollution de l’eau pour la Seine

Le Parc du Chemin de l’île à Nanterre a mis en place en 2009 le premier système de dépollution par les plantes de la Région parisienne afin de contribuer au nettoyage et à la préservation de la Seine.

Les écosystèmes pour dépolluer l’environnement, tel est le pari tenu par quelques entreprises innovantes et des collectivités qui ont compris le rôle que peut jouer la biodiversité dans l’aménagement du territoire, la préservation et la valorisation de leur patrimoine et la santé publique.

Gageons que ce procédé de dépollution par les plantes et micro-organismes associés, hérité de nos ancêtres et récemment remis au goût du jour deviendra à termes une technique adaptée aux zones urbaines, à l’échelle d’une ville, d’un quartier et, pourquoi pas, d’un bâtiment.


(1) Citation UNEP Yearbook 2010

Sources :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/boisement-zone-captage-eau-potable-11870.php4

http://www.lesagencesdeleau.fr/

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-offices-de-l-eau,12588.html (Agences de l’eau)

http://www.cleantechrepublic.com/2009/10/29/une-ferme-de-depollution-par-les-plantes-ouvre-en-seine-et-marne/

http://www2.cnrs.fr/presse/journal/3246.htm

http://www.besancon.fr/index.php?p=908

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/degradation/menuDegrada.html

http://www.inra.fr/

http://www.durable.com/actualite/article_bioferme-phytorestore-la-depollution-par-les-plantes_346

http://actualite.lachainemeteo.com/actualite/meteo/nanterre—depollution-de_3572_2009-11-16.php

http://fr.ekopedia.org/Phyto%C3%A9puration

http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=detail_mot&id_mot=26&id_rub=824&type=branche&tri=asc

Laisser un commentaire