L’aménagement urbain aux frontières de l’Europe

Abonnement aux infos du site


Recevez gratuitement nos dernières
actualités par email.

De nombreuses agglomérations d’Europe sont implantées de part et d’autres de frontières européennes. Leurs problématiques communes, tant sur le plan économique, que social, environnemental ou encore culturel, donnent lieu aujourd’hui au lancement du projet URBACT GECT : Groupement Européen de Coopération Transfrontalière (1). Ce projet doit faire ses preuves dans la mise en place de systèmes de gouvernance des zones urbaines transfrontalières.

Le 19 novembre dernier, le Parlement Européen a accueillit 140 participants provenant de 15 pays, pour le lancement du projet EGTC, dirigé par le MOT (2) dans le cadre du programme européen URBACT II (3).
Le projet EGTC se fixe trois objectifs :

  • Soutenir les agglomérations transfrontalières dans la définition de leurs modèles de gouvernance
  • Identifier les bonnes pratiques
  • Favoriser l’échange d’expérience au niveau européen

Il vise à contribuer à un développement durable des agglomérations transfrontalières, à une meilleure coordination de part et d’autres des frontières, tant sur le plan local, national que européen, et à l’incitation des citoyens à s’impliquer dans le développement de la stratégie de gouvernance des zones urbaines transfrontalières.

Ce ne sont pas moins de 60 agglomérations, identifiées en Europe, qui sont concernées par ce projet et qui peuvent désormais s’affranchir de la frontière qui les sépare, en faisant preuve d’innovation pour aller au-delà des barrières nationales (langues, histoire, culture, institutions, politique, droit). Pour cela, le projet GECT, qui s’achèvera en mai 2010, vise à devenir un outil de cohérence territoriale pour les zones urbaines particulièrement proches les unes des autres, et qui, demain, pourraient s’émanciper de leurs pays respectifs.

Agglomérations_partenaires_Urbact(Carte des agglomérations partenaires du projet URBACT GECT (4))

Outre la volonté de voir émerger des recommandations européennes de gouvernance, le projet GECT ambitionne de développer une méthodologie commune de mise en place de systèmes de gouvernance des agglomérations transfrontalières. Dans l’idéal, des plans d’actions concrets de gouvernance locale entre agglomérations de part et d’autres des frontières verront le jour avant la fin du projet.

Ce projet ambitieux concerne aujourd’hui les agglomérations séparées par des frontières européennes. Si la méthodologie, telle qu’annoncée voit le jour, pourquoi ne serait-elle pas transposable à des échelles nationales ? Chaque Etat européen est divisé en régions et sous-régions. A titre d’exemple, la France est divisée en 22 régions, elles-mêmes divisées en plusieurs départements. Chacune de ces zones est délimitée par des frontières, donnant lieu à des politiques locales, des niveaux socio-économiques différents et variables, ou encore des spécificités culturelles telles que des langues régionales.

Au niveau national, le besoin de repenser les villes dans la perspective qu’elles deviennent des espaces de vie respectueux de la biodiversité et des écosystèmes implique que ces mêmes espaces puissent se coordonner les uns avec les autres. Et cela doit se faire sans les barrières politico-administratives. Par exemple les connexions inter-urbaines et la trame verte et bleue (5), doivent être pensées de part et d’autres des frontières régionales.

De manière plus générale, dans le développement de ce projet, il s’avère nécessaire d’être vigilant quant aux possibles déséquilibres territoriaux des espaces non concernées (c’est-à-dire non financés par le projet) ainsi qu’à la manière dont sont prises en compte les différences culturelles. Par rapport au second point, coordonner des populations, pour la plupart liées par les similitudes parfois géographiques ou historiques, mais éloignées par leurs cadres politiques, sociaux et culturels actuels, n’est pas chose aisée. Ce qui pourrait les réunir serait peut-être les écosystèmes dans lesquels elles évoluent. Pourquoi la base de la coordination entre les zones urbaines, initialement séparées par des frontières, qu’elles soient européennes ou régionales, ne passerait pas par une réflexion commune sur la manière la plus cohérente de se développer ensemble dans une perspective de viabilité des écosystèmes et d’amélioration de la qualité de vie ?

 


Références et Sources :

(1) En anglais : EGTC, European Grouping of Territorial Conurbations
(2) MOT : Mission Opérationnelle Transfrontalière
(3) le programme URBACT II (2007-2013) a pour principaux objectif de développer les échanges entre villes, disséminer les connaissances à travers l’Europe et concevoir les politiques urbaines de demain. http://urbact.eu/.
(4) Carte des agglomérations partenaires :
http://www.espaces-transfrontaliers.org/EUROMOT/URBACT/Map_Urbact_EGCT_07_10.pdf
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Trame_verte

Pour aller en savoir plus sur le projet URBACT GECT :
http://www.espaces-transfrontaliers.org/MOT_urbact.html
http://www.espaces-transfrontaliers.org/EUROMOT/URBACT/EGTC_BASELINE_STUDY_Abstract.pdf
http://urbact.eu/
http://urbact.eu/thematic-poles/sustainable-urban-development/working-groups/egtc/presentation.html

Laisser un commentaire